Chauffeurs de poids lourds

De tout temps, les chauffeurs de poids lourds sont exposés à de multiples risques dans l’exécution de leur mission. En effet, les risques routiers sont dénombrés par milliers, de sorte que la performance, ainsi que le rendement des conducteurs peuvent être véritablement affectés d’un chargement à un autre. Dans certains cas, les difficultés sont de nature à impacter dangereusement l’intégrité physique, voire engager le pronostic vital.

Les mesures de prévention des risques (chute, accidents de la route, diverses affections, etc.) intègrent un certain nombre de procédures organisationnelles, techniques, psychologiques et individuelles. La prévention individuelle concerne plus exactement le port d’équipements de protection individuelle (EPI) : vêtements et chaussures de sécurité.

Dans cet article, nous mettrons en lumière les avantages qui sont associés au port de chaussures de sécurité par les conducteurs de camions et assimilés. Pour vous aider à faire un choix judicieux parmi la variété de modèles qui existent sur le marché, nous avons également formulé des recommandations par secteur d’activité. Mais avant d’aller plus loin dans l’usage des chaussures de sécurité par les transporteurs, intéressons-nous à ces métiers qui, bien que pourvoyeurs de beaucoup d’emplois, restent peu connus.

Quels sont les métiers du transport ?

Maillon essentiel de la logistique, le secteur des transports englobe plusieurs corps de métiers, et offre de nombreuses possibilités d’emplois pour les jeunes. En effet, vu le nombre important de départs à la retraite, les entreprises se retrouvent dans l’obligation de recruter : conducteur de camion ou de bus, chef de quai, technicien de transit, etc., pour faire face aux nouveaux défis qui se présentent à elles dans un monde qui bouge constamment.

Certaines études démontrent même que le transport de marchandises ou de voyageurs est une activité en passe d’atteindre un niveau jamais égalé en termes de recrutements. Selon elles, c’est d'ailleurs le secteur d’activité susceptible d’offrir le plus d’emplois d’ici quelques années. Cet état de choses nous amène à nous intéresser de plus près au métier de transporteur.

Le métier de transporteur a connu un essor fulgurant du fait de la mondialisation. En effet, de plus en plus de sociétés ont commencé à développer en leur sein des solutions de transport bien plus respectueuses de l’environnement. Aussi, offrent-elles un certain nombre de postes tenant compte de tous les types de profils et des besoins qui sont exprimés. Il est donc possible d’accéder au métier de transporteur sans bac, même si la part belle est faite aux techniciens qualifiés et aux cadres.

Ainsi, avant le bac, il est possible d’exercer le métier de conducteur-routier de voyageurs, de chauffeur-routier, de conducteur-livreur, de déménageur (ou conducteur déménageur) ou encore de magasinier cariste. Ces derniers sont recrutés pour gérer le flux de marchandises au niveau d’un entrepôt. Mais dans l’exercice de leur métier, ils sont aussi tenus à la conduite de chariots-élévateurs.

Au sein des entreprises qui recrutent, les contrats sont proposés en alternance, et le CAP est généralement requis pour postuler à une quelconque offre dans le secteur. Elles vont encore plus loin dans les critères auxquelles doit obligatoirement s’identifier tout postulant à un métier de transporteur. Pour accéder à ces différents corps de métiers, il faut détenir le permis indiqué (C, E ou D). Dans certains cas, les formations professionnelles dispensées donnent droit à l’obtention du permis. La limitation d’âge intervient rarement pour ce qui est des conditions de formation. Cela dit, il faut avoir au minimum 21 ans pour prétendre au métier de conducteur-routier de voyageurs.

Cependant, certains métiers dans le transport nécessitent absolument d’avoir un niveau d’étude beaucoup plus élevé (Bac + 5) ou au demeurant le Bac. Ils concernent entre autres le transport routier de marchandises, les grands réseaux de transport en commun, les grandes enseignes de distribution, etc. Néanmoins, cette catégorie de métiers n’intègre pas directement l’activité consistant à être au volant d’un véhicule lourd.

Pourquoi faut-il porter des équipements de protections individuelles pour conduire ?

À l’instar des ouvriers évoluant sur un chantier, les conducteurs doivent faire face au quotidien à un certain nombre de risques liés leur activité professionnelle. Ainsi, dans le métier de transporteur, les EPI occupent une place prépondérante dans la mise en œuvre de bonnes conditions de travail. Le port des équipements de protections individuelles vient en quelque sorte prémunir les transporteurs contre les risques inhérents à la conduite.

Mais, leur rôle ne se limite pas seulement à la prévention des risques. Ils permettent aussi aux conducteurs de vivre une expérience de conduite optimale.

Ainsi, le port de chaussures de sécurité est utile à plus d’un titre. En effet, les blessures au pied (au niveau des orteils, de la voûte plantaire, du talon etc.) représentent les causes les plus récurrentes d’accidents de travail dans le secteur des transports. Les chaussures de sécurité sont destinées non seulement à protéger, mais également à faciliter la conduite. De toute évidence, au-delà du caractère sécuritaire, elles sont conçues de sorte à répondre à un besoin de confort et de bien-être des utilisateurs.

C’est ainsi que les fabricants injectent sur le marché des modèles équipés des fonctionnalités les plus innovantes. Ils proposent en somme des gammes de chaussures qui sont adaptées à divers types d’environnements (humide, sec, froid, chaud, etc.). Dans ces conditions, il apparait judicieux pour chaque conducteur de faire le choix des chaussures confortables et adaptées aux contraintes de l’environnement de travail.

Quelles sont les caractéristiques des chaussures de sécurité ?

Tous les modèles de chaussures de sécurité qui existent sur le marché n’offrent pas forcément les mêmes garanties. Elles disposent d’un niveau de sécurité précis, en fonction de la destination que vous envisagez. Au nombre des chaussures qui sont disponibles, on distingue : chaussures basses, bottes, baskets, sabots de sécurité et mocassins.

Contrairement aux chaussures de ville, les chaussures de sécurité sont dotées de semelles renforcées pour résister aussi bien aux perforations qu’aux fortes variations de température. Aussi, disposent-elles d’embouts en acier les prédisposant à supporter un choc d’écrasement équivalant à 200 Joules.

En fonction des niveaux de protection, il existe cinq catégories de chaussures de sécurité. Les chaussures S1 sont antistatiques (A), résistantes aux hydrocarbures (FO) et absorbent les chocs au niveau du talon (E). Cette catégorie intègre aussi une norme S1P relative aux semelles anti-perforation. La catégorie S2 regroupe toutes les fonctionnalités qui sont déjà présentes en S1 et ajoute une tige hydrofuge contre la pénétration d’eau. En S3, on retrouve les semelles anti-perforation (P) en plus de toutes les options sécuritaires que propose la catégorie S2.

Les chaussures de sécurité S4 sont en réalité des S2 sans tige hydrofuge, mais avec une capacité de résistance à la pénétration d’eau. La catégorie S5 propose le même niveau de sécurité qu’en S4, en plus de la technologie de semelles anti-perforation (acier ou matériau composite).

Quelles chaussures de sécurité dans le domaine du transport ?

En matière de chaussures de sécurité, il existe plusieurs modèles sur le marché en fonction des usages et du secteur d’activité. Ainsi, pour une utilisation optimale, il est important de choisir un modèle adapté à l’usage envisagé, mais également à la bonne pointure. Les chaussures de sécurité qui conviennent véritablement au secteur du transport possèdent un certain nombre de spécifications.

Étant donné que le conducteur est amené à partir sur les routes, les conditions climatiques qui vont y régner sont donc à prendre en compte dans le choix de la paire de chaussures. Pour plus de sécurité, il faudrait acquérir un modèle suffisamment résistant aux intempéries (chaleur, froid, etc.). La résistance dont il est question ici a principalement trait à la matière utilisée dans la fabrication des chaussures.

En règle générale, on distingue : les fibres synthétiques (polyester, polyamide, cambrelle, PVC, PU, etc.) et le cuir (cuir pleine fleur, cuir nubuck, cuir velours, cuir croûte pigmentée). Sachant que les modèles en cuir sont susceptibles d’être plus chers à l’achat, on peut en déduire qu’ils offrent de meilleures références en termes de résistance. Toutefois, les modèles en fibres synthétiques possèdent eux-aussi des atouts indiscutables.

Même s’il est en permanence sur les routes, le conducteur passe aussi le clair de son temps dans sa cabine. Dans ces conditions, il serait donc judicieux d’opter pour des chaussures de sécurité à la fois respirantes et confortables pour conduire dans de bonnes conditions. Le confort intègre évidemment un certain nombre de dispositions.

Ainsi, en matière d’ergonomie et de forme, vous trouverez sur le marché toutes sortes de modèles. Il est recommandé d’acquérir des chaussures bien adaptées à son pied, en choisissant la bonne longueur et la bonne largeur. Des chaussures à talon arrondi pour faciliter l’utilisation de la conduite aux chaussures à talon décroché pour descendre plus facilement de la cabine, en passant par les chaussures à semelles antidérapantes pour éviter les risques de glissages, il y en a vraiment pour tous les usages.

Par ailleurs, l’isolation thermique est un paramètre à ne pas négliger dans le choix d’une chaussure de sécurité pour homme ou pour femme. En effet, toutes les chaussures de sécurité destinées à l’usage des transporteurs n’ont pas la capacité de protéger vos pieds contre les coups de chaleur. Certaines possèdent néanmoins cette caractéristique technique. Elles sont dotées d’une semelle intérieure avec propriété d’isolation thermique. Ainsi, la paire de chaussures est capable de fournir à vos pieds une certaine protection lorsque vous êtes en proie à de fortes chaleurs.

Comment bien utiliser les chaussures de sécurité ?

Il ne suffit pas de posséder une paire de chaussures de sécurité qui correspond parfaitement à l’usage envisagé pour profiter d’une expérience de conduite satisfaisante. Pour bénéficier de toutes les propriétés qui lui sont directement associées, encore faudrait-il vous disposer totalement à bien l’utiliser.

L’utilisation d’une chaussure de sécurité doit obéir à certaines règles. Ainsi, une notice est généralement fournie à l’achat pour vous aider à intégrer plus facilement le mode d’emploi. Une bonne utilisation requiert entre autres le port de chaussettes. Les chaussettes limitent grandement ou retardent suffisamment les frottements qui se produisent à l’intérieur de la chaussure au bout d’un certain temps. Ces frottements sont généralement incommodants pour les pieds et sont susceptibles de provoquer l’inflammation de la peau.

Une bonne hygiène corporelle permet aussi d’assurer un meilleur confort des pieds. Aussi, l’adoption de semelles intérieures amovibles (respirantes, antifongiques, antibactériennes, etc.) permet-elle d’éviter le développement de bactéries et autres champignons.

Par ailleurs, la bonne utilisation des chaussures de sécurité passe également par un entretien régulier. Cela permet de garder toutes leurs propriétés préventives et leur assure ainsi une longévité suffisante. Pour ce faire, il faut se référer au guide d’utilisation qui est fourni avec votre modèle. Ce dernier précise dans les détails le type d’entretien adapté.

Cependant, en règle générale, l’entretien revient à nettoyer l’intérieur et l’extérieur de vos chaussures. Les semelles amovibles doivent être aussi retirées pour être nettoyées. Pour un entretien en profondeur, il faut appliquer le produit adapté et frotter. En effet, les produits de nettoyage qui sont utilisés, ainsi que la méthode de nettoyage, dépendent de la matière de vos chaussures de sécurité.

Le nettoyage de l’extérieur doit respecter une certaine périodicité. Vous devez être capable d’y veiller au moins une fois dans la semaine. Pour les matières en cuir nubuck ou croûte de velours, il est conseillé d’être davantage précautionneux, car il s’agit de matières assez sensibles. Vous pouvez brosser les chaussures à sec avec un morceau de crêpe naturelle. L’utilisation de l’eau savonneuse est aussi possible comme dans le cas des chaussures de sécurité en fibres synthétiques.

L’entretien des chaussures en cuir est assez simple. Il faut juste utiliser une brosse et un chiffon humide. Toutefois, vous pouvez appliquer un cirage spécial cuir de la même couleur que vos chaussures pour conserver leur éclat et allonger leur durée de vie.

En ce qui concerne l’intérieur des chaussures de sécurité, l’utilisation d’un spray est utile pour neutraliser les odeurs et limiter la prolifération de bactéries. Ainsi, vos semelles doivent être pulvérisées régulièrement à l’issue d’une journée de travail pour une action encore plus efficace.

Pour finir, les chaussures de sécurité doivent être séchées dans un environnement chaud, mais assez loin d’une source de chaleur telle qu’un radiateur.